Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'accuse,
 
J'accuse le berger tchadien de ne pas être au milieu du troupeau, avec les brebis, mais au banquet des loups, bien tapis sur sa conscience moralisante de moralisateur qui se sert, avant tout et après tout.
J'accuse,
J'accuse le clergé tchadien de ne pas respirer le même climat sociologique que respire le peuple tchadien, aujourd'hui.
Oui, l'église de Dieu n'est pas du monde me dira-t-on ; mais n'est-elle pas dans ce monde, là où sont ses fidèles, soumis quotidiennement à la cruauté et à l'injustice de ce monde?
L'église peut-elle ignorer ce monde et la souffrance de ses fidèles sans compromettre l'œuvre de Dieu?
J'accuse,
J'accuse l'église tchadienne d'avoir inoculé à la jeunesse chrétienne le virus de la peur, de l'abaissement humain, de la résignation bestiale.
J'accuse,
J'accuse l'église tchadienne de silence coupable, de se taire là où il fallait parler.
J'accuse,
J'accuse l'église tchadienne d'avoir soumis à notre jeunesse une injection massive de doses de la "moraline", lui ôtant ainsi tout sentiment de virilité !
La croix est-elle incompatible avec la virilité et l'engagement ? Où sont nos regards d'acier, nos dents et griffes de fauves d'antan?
Le pain que nous rompons et la coupe de bénédiction pour laquelle nous rendons grâce, est-ce pour ôter l'élan de vie de la nation?
J'accuse,
J'accuse l'église tchadienne d'avoir rabougri la vie chrétienne ; d'avoir minimisé la douleur aiguë des conditions vie de notre peuple!
On me dit du matin au soir que "Dieu est au contrôle", alors que mon fils est entrain de mourir du paludisme, là dedans ! Non, Dieu n'est pas au contrôle. Il n'a pas à être au contrôle de chaque détails de notre vie, à tout instant.
Dieu, notre Dieu est un Dieu de liberté. Il nous donne la vie. Il nous laisse l'esprit de liberté, non pas celui qui force l'obéissance et l'affaissement humains, mais celui qui force la contrainte.
Et cette liberté inclut aussi celle de lutter pour la justice ici Bas, et surtout pour sa survie. L'amour du prochain doit d'abord et aussi être un amour à bout portant!
J'accuse, j'accuse, j'accuse,
J'accuse mon église!
 
Par: Kingabé Ogouzeimi de Tapol
Tag(s) : #Société, #Politique, #Tchad

Partager cet article

Repost 0