Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

L’actualité cette semaine en République  Centrafricaine est dominée par les révélations qui font suite aux trafics et la vente des armes en Centrafrique au vu et au su de tout le monde.

En effet, c’est un rapport fourni par un groupe d’experts du Conseil des Nations Unies sur la Centrafrique, qui révèle que les armements des différents groupes armés qui opèrent sur le territoire centrafricain proviennent des frontières avec le Tchad pour le cas des groupes appartenant à l’ex-coalition rebelle Seleka : Abdoulaye Hissein l’un de leaders du Front Populaire pour la Renaissance de la Centrafrique (FPRC) avait « en janvier 2017, reçu d’importantes quantités de matériel militaire en provenance de la frontière tchadienne » affirme les experts onusiens.

Par contre, l’Union pour la Paix en Centrafrique (UPC) « de son côté, continue d’acquérir des armes et des munitions depuis la République Démocratique du Congo ».

Les groupes armés appartenant quant à eux à la milice chrétienne d’auto défense Anti-Balaka, se ravitaillent selon les experts de nations unies, de la République Démocratique du Congo et du Congo Brazzaville.

De manière interposée suite à leurs accords avec le FPRC cela leur ont permis d’avoir « des armes conventionnelles, des fusils d’assauts de type AK-47 et des lance-roquettes ».

La République Centrafricaine peine toujours à sortir de cette léthargie meurtrière, des groupes armés font la loi sur la grande partie du territoire national, face à l’impuissance d’un gouvernement démocratiquement élu à la tête duquel le professeur Faustin Archange Touadera, devant la morosité de la communauté internationale, qui dirige une Mission Intégrée des Nations Unies pour la Sécurisation de la Centrafrique (MINUSCA) qui n’arrive toujours pas depuis des années à ramener de l’ordre, la sécurité et la quiétude sur l’ensemble du territoire national.

LA RÉDACTION

Tag(s) : #Société, #Politique, #Centrafrique

Partager cet article

Repost 0