Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Idriss Deby Itno, Président tchadien actuel

Longtemps considéré comme l’homme de main de la France pour remplir certaines besognes sur le continent au nom de la mère patrie, le soldat Idriss Deby Itno semble avoir pris de galons, et défie ainsi Elysée qui a fait de lui, le roi dans son pays, le Tchad.

Affaiblit physiquement par ses problèmes de santé, politiquement par des tensions sociales dues à la crise que traverse le pays depuis la chute drastique du prix de barils de pétrole d’une part et les détournements des deniers publics par ses proches collaborateurs et familles, le chef de l’état tchadien Idriss Deby Itno, n’a plus rien. C’est en tigre blessé qu’il crache sa fougue contre l’occident: la modification de la constitution et sa longévité au pouvoir, la lutte contre l’islamisme radical et les accusations contre les soldats tchadiens en mission extérieure, l’affaire Glencore et le pétrole tchadien etc. sont les questions soulevées au cours de cette interview.

Et le comble, il désabuse ouvertement la France qui a été toujours, son plus grand soutien, dans un entretien dimanche 25 juin 2017 accordé à nos confrères de RFI, TV5 et Le Monde, il affirme : « j’aurais souhaité m’arrêter en 2016 après mon second mandat. (…) Et alors que je ne le voulais pas, la France est intervenue pour changer la constitution. Il y a un constitutionaliste dont je ne connais même pas le nom qui est venu ici. J’ai dit que je ne voulais pas changer la constitution mais il sont passés par les arcanes et ont changé la constitution… » Nargue-t-il.

Le président tchadien a-t-il perdu la tête où bien veut-il réellement compliquer ses rapports avec la France, celle-là même qui l’a maintenu au pouvoir durant 27 ans ? Chose sûre, le sultan IDI semble apparemment décidé à dire la vérité sur les relations entre la France et l’Afrique : « nous estimons que les questions de « pré carré » de « Françafrique » doivent être arrêtés. Les Français n’en veulent pas, les africains non plus ». En effet, l’homme fort du Tchad fait savoir clairement son intention de couper le cordon qui relie la France à l’Afrique et surtout « nous ne pouvons plus avoir des relations de maître à élève ».

Retrait des soldats tchadiens à l’extérieur !

Le chef de l’état tchadien semble comprendre afin, que l’engagement des forces tchadiennes à l’extérieur à fait beaucoup du mal que du bien : « je pense que fin 2017 début 2018, si cette situation devait perdurer, le Tchad ne serait plus en mesure de garder autant de soldats à l’extérieur de son territoire ». Depuis quelques années, Idriss Deby Itno dans l’optique d’asseoir sa politique internationale, a déployé des forces tchadiennes dans presque tous les fronts en Afrique : en Centrafrique pour le maintien de la paix et la sécurité, au Mali contre l’occupation djihadiste, au Nigéria, au Cameroun et au Niger contre les attaques de la secte islamiste Boko Haram.

Face à Glencore IDI, crie à l’arnaque !

Idriss Deby Itno n’a pas mâché ses mots en accusant le géant pétrolier Glencore qui exploite les sous-sols tchadiens depuis quelques années. « C’était un marché de dupe et aujourd’hui je me rends compte qu’il y a eu un délit d’initiés car deux semaines après que nous ayons acheté les 25% de Chevron, le pétrole a chuté de 100 dollars le baril à 40 dollars… » Regrette le président tchadien.

Qu’il dise vrai ou pas, l’on se demande pourquoi a-t-il attendu aussi longtemps pour faire ces aveux ? Pourquoi faut-il qu’il ait au dos, la classe politique tchadienne, des mouvements de contestations ci et là, pour faire des telles allégations ?

Ne joue –t-il pas encore un tour, pardon une manœuvre politique en diabolisant la France tout en se dédouanant de toutes responsabilités devant le peuple tchadien, qui a déjà perdu confiance en leur monarque ?

De toute manière, c’est un jeu dangereux dont joue le chef de l’état tchadien, car son prédécesseur Hissein Habré à quelques mois de la fin de son règne, s’est prêté à ce jeu de critique envers la France à qui d’ailleurs ils lui doivent leurs ascensions.

Affaire à suivre…

LA RÉDACTION CHARILOGONE MÉDIA

Tag(s) : #Politique, #Tchad, #France

Partager cet article

Repost 0