Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le pays est secoué par une tension de revendication depuis quelques jours au point où pour beaucoup des analystes de la vie sociopolitique gabonaise : le pays risque de sombrer dans une autre crise. En effet, plus de deux cents militants des différentes organisations syndicales du pays ont manifesté le lundi premier mai, pour protester contre l’organisation de la cérémonie et du défilé organisé par le gouvernement à l’occasion de la fête du travail.
 
 
Selon le secrétaire général de la plate forme intersyndicale initiatrice de la manifestation : « nous ne pouvons pas aller à la fête du travail organisée par le gouvernement pour la simple raison que le gouvernement utilise la force » déclare Alain Pendi. Effectivement les manifestants ont été dispersés par les forces de sécurité et de défense, car les autorités de Libreville affirment que c’est une manifestation illégale. Le pays de feu Omar Bongo Ondimba, connait un bras de fer entre les organisations de la société civile, le syndicat surtout avec l’opposition politique gabonaise. Le candidat malheureux aux précédentes élections présidentielles et ses partisans, refusent toujours d’accepter la victoire élective de Ali Bongo, Jean Ping tient toujours mordicus, qu’il a gagné les élections de 2016, ce qui envenime les choses dans ce pays de l’Afrique Centrale.
 
Compréhension les enjeux de l’ère, le chef de l’état actuel et son gouvernement avait appelé toute la classe politique gabonaise pour participer au dialogue inclusif et constructif pouvant permettre de lancer les nouvelles bases d’une reforme du pays. Mais n’ayant pas digéré leur défaite, l’opposant et chef de file de l’opposition et ses partisans jouent au trouble fête pour perturber les initiatives du gouvernement.
 
LA REDACTION
Tag(s) : #Société, #Politique, #Gabon

Partager cet article

Repost 0