Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

BIYA & Mohamadou Labarang

On le croyait fruit d’une rumeur, mais les nouvelles persistantes font état de la nomination de M. Mohamadou Labarang comme prochain premier ministre du Cameroun. Tandis que certains y voient l’aboutissement du pacte entre M. Ahidjo et M. Biya qui engageait celui-ci à restituer le pouvoir à un natif du nord Cameroun. D’autres par contre crient à l’épouvantail !

En effet pour ces craintifs, cet homme qui occupe actuellement le poste d’ambassadeur du Cameroun en Egypte est peint en des termes très négatifs. On l’accuse de nourrir le projet de basculement du Cameroun vers l'islamisme officiel ! 

Cité plusieurs fois dans les affaires de détournent des fonds public et d’abus du pouvoir (aussi bien en Arabie saoudite qu’au Caire actuellement) il est l'un des ambassadeurs qui se sont plus enrichis illicitement sur le dos des camerounais. Il possède une fortune et l’on le redoute plus à cause de sa proximité des cercles de pouvoirs dans le monde de l’islamisme radical.

M. Mohamadou Labarang se déplace sans le signaler aux autorités égyptiennes, son pays d’accréditation ; ni les hautes autorités de son pays. Sur les accusations d’abandon de poste et de négligence de fonctions, l’ambassadeur ne dit rien, se contentant de rester dans sa tour d’ivoire. Progressivement, il a érigé l’ambassade du Cameroun en Egypte en mosquée.

Des étrangers y entrent régulièrement pour faire la prière, des rites et rituels religieux s’y déroulent régulièrement. Par ailleurs il oblige ses compatriotes chrétiens en service  au Caire à travailler le dimanche contrairement aux usages en vigueur au Cameroun. De tous les camerounais qu’il a recrutés sur place, il n’y a aucun chrétien.

Il se comporte en président en miniature, il voyage sans laisser des décharges de responsabilités à son Second selon l’ordre hiérarchique de l’administration.

De Yaoundé où il se trouve depuis fin novembre 2016 (5 mois déjà), il continue de gérer l’ambassade et de traiter les dossiers, contrairement aux règles élémentaires de la diplomatie qui exige que le Chef de Mission nomme un Chargé d’Affaires par intérim lors de tous ses déplacements hors de son territoire de commandement.

Conséquence : plusieurs Camerounais se plaignent du fait que leurs dossiers restent sans suite, notamment certains dossiers consulaires dont il a confisqué la gestion : délivrance d’actes de naissance, célébration de mariage, etc.  Aujourd’hui, toute la communauté y compris ses collaborateurs de travail en ont assez de son entorse à la continuité du service public, ce qui entraine quelque peu la méfiance même de la communauté camerounaise envers le pouvoir en place qui tarde à prendre la décision qui s’impose. Mais l’on espère que le président Biya dispose d’un service de renseignement bien averti pour faire l’audit sur la gestion calamiteuse de M. Labarang, resté dans l’impunité pendant plus de deux décennies.

A cause de lui et son excès de zèle, le Cameroun a perdu de son aura en Afrique du nord. Nous reviendrons plus en détails sur cette affaire dans nos prochaines publications, car nos lecteurs ont le droit de tout savoir. Il est aussi de notre devoir de dénoncer les dérives qui plombent l’émergence du panafricanisme, voire une indépendance de l’Afrique, par, avec et pour les africains !

La Rédaction

Tag(s) : #Politique, #Société, #Cameroun

Partager cet article

Repost 0