Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dans l’une de nos pratiques journalistiques consistant à accorder notre micro aux différents citoyens du monde en général et particulièrement ceux du Tchad, l’un de nos observateurs avertis de la scène sociopolitique et économique du Tchad, affirmait que : « Idiots sont ceux qui cultivent encore le coton pour la France ! », une telle déclaration semble à première vue, indisposer voire frustrer la France (la patrie colonisatrice et les adeptes de cette politique) mais à bien réfléchir, l’on peut comprendre qu’un tel propos est plein de sens et de sous-entendus. La culture du coton faut-il le rappeler, a été imposée aux africains par la France pendant la période coloniale.
 
Entre les colons implantés en Afrique Equatoriale Française (AEF), avait de la culture du coton une activité obligatoire pour tout paysan tchadien. Ceux qui se dérobaient à cette règle étaient systématiquement réprimés ou châtié. L’histoire retient dans sa page tchadienne, la terrible révolte de Bebalem dans la région du Logone occidental, au sud du Tchad. Le paysan africain esclave de nouveau !
 
Le coton produit par les paysans de Gounou-Gaya (dans le Mayo-Kebbi), ou des coton-culteurs de la Tandjilé, du deux Logones…sont non seulement vendu à des prix de misère, mais le plus aberrant, les produits dérivés de ce même coton tchadien sont revendu à ces mêmes paysans du Tchad à des prix d’or. Une chemise dite originale venue de Paris est vendue à plus de 20 ou 50 euro alors que le coton est cultivé au Tchad, et l’argent que le cultivateur à reçu de sa vente annuelle de coton ne peut même lui permettre d’acheter ces vêtements à sa famille.
 
Le comble de misère, le ministère du développement industriel, du commerce et de la promotion du secteur privé au nom du gouvernement tchadien vient de prendre une décision selon laquelle désormais le prix d’achat du coton graine est de 220 F CFA par kilogramme au lieu de 240 F CFA comme au par avant. Une honte et surtout un coup dur pour les agriculteurs tchadiens du coton, qui devaient à notre avis arrêter tout seulement de pratiquer cette activité : la culture du coton de la honte. AFFAIRE A SUIVRE...
 
 
Par: la rédaction
Tag(s) : #Société, #Tchad, #France

Partager cet article

Repost 0