Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ETUDIANTS TCHADIENS A L'ETRANGER
ETUDIANTS TCHADIENS A L'ETRANGER

« ''Payez nos frais de scolarité et notre bourse de subsistance, svp !!! Nous ne voulons pas aller sur Mars, nous voulons juste aller en classe", "Pardon ! Honorez votre engagement » ces mots prononcés lors d’une manifestation des étudiants tchadiens de l’Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2iE) qui manifestaient ainsi leur colère suite au retard accusé dans le versement de bourses d’études des étudiants de cette prestigieuse école burkinabé.

A lui seul, ce cas explique tout le clavaire dans lequel vivent les tchadiens qui étudient en dehors de leur pays après avoir bénéficié de leur gouvernement des bourses d'étude. . Partout dans le monde, dans les universités africaines surtout : en Algérie, au Maroc, en Egypte, au Burkina-Faso, au Sénégal où dans certains pays européens , les étudiants tchadiens sont confrontés à des terribles difficultés dès lors que le pouvoir semble moins préoccupé à verser les maigres sommes.

Triste est le constat de relever que le gouvernement de N’djaména bloquait expressément la bourse ou les aides que les étudiants devaient bénéficier mensuellement. Un article publié par notre confère de www.grat.com évoque la situation des ‘‘étudiants tchadiens au Maghreb, notamment en Algérie qui sont très mal traités’’ affirme-t-il.

En effet, selon lui, les étudiants tchadiens de l’Algérie n’ont pas le droit à une bourse, seulement à une aide forfaitaire d’un montant pathétique et depuis deux ans ils ne parviennent pas à percevoir régulièrement cette maudite somme ni bénéficer d’aucune autre aide de la part des autorités tchadiennes.

Chose incroyable de remarquer curieusement que les autorités utilisent tous les moyens pour empecher toute revendication pacifique relevant du droit estudiantin comme en Mai 2014, les étudiants tchadiens d’Alger ont manifesté devant l’ambassade de leur pays pour demander la clarification sur l’attribution de bourse.

Mais les responsables de la chancellerie tchadienne d’Alger ont fait appel à la police algérienne pour dissuader le mouvement des étudiants .Certains manifestants ont été même mis aux arrêts avant d'être déferés devant le parquet de la justice algerienne..

Au Tchad, la situation est pire car les bourses se versent au prix des grèves et manifestations occasionnant souvent de perte en vies humaines car les forces de l'ordre utilisent des armes à feu . Autre chose à noter que le Centre National des Œuvres Universitaires (CNOU) organe étatique chargé de la gestion des bourses et aides aux étudiants, est doté d’une autonomie financière. Pas étonnant puis que le CNOU est aujourd’hui dirigé par un membre de la famille Itno. AFFAIRE A SUIVRE

...

La Rédaction #Charilogone

Tag(s) : #Education, #Justice, #Jeunesse, #Tchad, #DiasporaTchadienne

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :