Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

TCHAD: QUAND LES ALLIES D'HIER LACHENT LE MPS A L'APPROCHE DES ELECTIONS 2016

Le procès de Hissein Habré, la situation politique actuelle du Tchad, les questions qui brûlent suite au ralliement au parti de Deby suivez l’interview de M. SAMAFOU BABA, président du Rassemblement pour la Démocratie et la Paix Sociale au Tchad (RDPST)

Vous étiez un ancien membre de l’UNIR, que vous inspire l’actuel procès de l’ex-homme fort du Tchad Hissein Habré ?

Samafou Baba : Je ne suis pas seulement membre, mais l’un de fondateurs de l’UNIR, c’est nous qui avons crée l’UNIR. Le procès de Hissein Habré m’a vraiment écœuré car voir que le président Habré en tant que haut responsable du Tchad se comporter comme un gamin, alors qu’il devait garder toute sa dignité devant la justice et collaborer.

Dites-nous quel comportement, selon vous Hissein Habré devait en principe adopter ?

Samafou Baba : Habré lui-même pour avoir fait le droit devait coopérer avec les Chambres Extraordinaires Africaines et s’il est coupable, il doit demander pardon à Dieu et au peuple tchadien. Mais se faire transporter comme un gamin ça me fait même honte. Hissein Habré doit affronter ce qu’il a fait, c’est ça être un homme. Dans tout le cas il sera inculpé et condamné.

Quelle est votre réaction, en votre qualité d’homme politique et président d’une formation politique, suite à la sortie médiatique du Président Idriss Deby Itno qui affirme ne pas voir quelqu’un pour le succéder à la magistrature suprême ?

Samafou Baba : c’est son opinion personnelle, mais si on respecte la déontologie démocratique, la démocratie en tant que telle, il y a toujours de l’alternance que tu sois X ou Y, vous devez faire l’alternance sans cela c’est de la dictature, la chefferie, la royauté. Mais toujours est-il que s’il (Idriss Deby Itno) veut se faire une place au soleil et que son nom figure dans les anales de l’histoire, c’est d’organiser les élections libres et se retirer, cela lui vaudra tous les honneurs du monde. Il doit savoir par quelle porte sortir.

Vous demeurez un eternel allié de Deby, pour les élections futures qui s’annoncent en défaveur de votre candidat du MPS, quel est votre point de vue ?

Samafou Baba : (rires) nous ne sommes que des alliés de façades, nous sommes même des alignés voire des aliénés. Prenez un exemple simple, le jour où il y a conférence à la présidence, il faut nous voir dans nos costumes de 16e siècle avec des souliers pleins de pointes qui martèlent les pavés de la présidence comme une arrivée des cavaliers : c’est la misère des alliés. Nous sommes alliés à un régime, je trouve qu’on est aliéné car un parti politique allié au régime au pouvoir devait se sentir quand-même à l’aise. Même les partis de l’opposition aujourd’hui ce sont des gens qui sont là pour demander leurs perdium et après ils ne sont mêmes pas capables de se présenter aux élections, il n’y a pas véritablement des partis politiques de l’opposition au Tchad, c’est vraiment dommage.

Monsieur le président quel est votre dernier mot ?

Samafou Baba : mon dernier mot est que le président de la république en tant que garant de la constitution et des structures politiques, doit nous convoquer et faire un dialogue pour voir dans quelle mesure nous pouvons conduire le pays vers les nouvelles élections dans les normes, dans la quiétude et la paix. Il faudrait que nous puissions dire tous ce que nous avons de mauvais comme de bons pour reprendre la bonne route car en ce moment c’est du n’importe quoi avec cette histoire du CNDP qui n’arrive pas à maîtriser la situation, c’est une honte pour le pays. Il faut donc que tous les partis politiques de l’opposition comme ceux de la majorité présidentielle devront ensemble redresser la situation et faire avancer la démocratie.

Affaire à suivre

Par: la Rédaction #Charilogone

Tag(s) : #Politique, #Tchad, #MPS

Partager cet article

Repost 0