Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Moussa Facki Ministre des Affaires Etrangeres du Tchad avec le ministre saoudien du Travail M. Saad Bin
Moussa Facki Ministre des Affaires Etrangeres du Tchad avec le ministre saoudien du Travail M. Saad Bin

‘‘Quelle honte pour le Tchad. On repart à la case de départ c’est à dire à l’esclavagisme, Deby vend ses propre citoyens, quelle horreur ?’’

S’indigne un compatriote internaute en réponse par rapport à l’accord signé par le président Idriss Deby Itno, visant à réglementer le recrutement de travailleurs domestiques tchadiens à occasion de sa visite en Arabie Saoudite.

La Convention signé entre le ministre saoudien du Travail M. Saad Bin et le ministre tchadien de la Sécurité publique et de l’Immigration, M. Ahmat Mahamat Bachir prévoit l’organisation de mécanismes d’envoi de travailleurs domestique du Tchad en Arabie saoudite où pendant cette période les autorités tchadiennes vont faciliter le processus délivrance des visas et autres formalités dès l’intéressé se fera inscrire sur le site internet prévu à cette occasion.

Notons que, en août 2009, l’état de la Philippines avait rapatrié d’Arabie saoudite 44 femmes qui, pour la plupart employées de maison, ayant abandonné leur lieu de travail à cause des mauvais traitements (abus sexuel, brimades de tout genre, journées de travail interminables mais mal nourri car on leur refusait de payer leurs salaires...).

En outre, les domestiques Mauritaniennes s’étaient plaint de mauvais traitements et autres brimades dès leur arrivée en Arabie saoudite, mais n’ayant pas les moyens de repartir dans leur pays à leur actuelle selon nos sources elles sont restées esclaves domestiques.

On se demande si vraiment l’Arabie Saoudite est-il un pays de droits de l’homme ?

Au regard de l’histoire, on se rend compte que ce pays est resté conservateur au point où jusqu’au 21e siècle les reflexes esclavagistes sont encore pressantes. Depuis quand la société saoudienne respecte les tchadiens, selon une source sûre, certains émigrés tchadiens avaient vécus en Arabie Saoudite durant plus 50 ans, mais ne sont pas parvenus à travailler normalement, parce que les autorités ont durcit ses loi de sorte qu’ils leur est impossible de renouveler leur carte de séjour.

...

Rédaction #Charilogone

Le ministre tchadien de la Sécurité publique et de l’Immigration, M. Ahmat Mahamat Bachir avec le ministre saoudien du Travail M. Saad Bin

Le ministre tchadien de la Sécurité publique et de l’Immigration, M. Ahmat Mahamat Bachir avec le ministre saoudien du Travail M. Saad Bin

Tag(s) : #Société, #Tchad, #Arabie-Saoudite, #Politique