Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 IMAGE: LE MAIRE M.ALI HAROUN
IMAGE: LE MAIRE M.ALI HAROUN

Depuis quelques temps suite aux attentats perpétués par la secte islamiste Boko Haram (actuel Etat islamique en Afrique de l'Ouest), les autorités tchadiennes prennent des décisions ci et là allant parfois à entre des libertés fondamentales et les droits humains.

La preuve, le Maire de N’Djamena est devenu ridicule avec ces décisions non réfléchis, en effet, tout dernièrement M. ALI HAROUN, avait interdit aux usagers des engins à deux (2) roues (moto, vélo, pousse-pousse, tricycle...) à passer sur le pont à double voies sur le fleuve Chari (vers la sortie sud de Ndjamena). Cette interdiction a été levée compte de la réalité car le petit vieil pont de chagoua a failli craquer sous l'usage accentué des piétons et engins à deux roues.

Ce matin 01 septembre, le Maire de N’Djamena se croyant tout permis, vient de prendre une décision selon quoi, désormais les vendeurs ambulants sont interdits de circuler avec leurs marchandises devant tous les bâtiments administratifs (Ministères, Entreprises, Usines, Directions, Etablissements...).

Pourtant ceux qui pratiquent ces activités sont des jeunes élèves, étudiants, diplômés sans emploi et autres qui ne cherchent qu’un peu de moyens pour préparer la reprise des cours. Il faut que nos autorités comprennent que chacun répondra un jour de ses actes et qu'elles n'oublient pas qu’à cause de ces genres de décision que la jeunesse a fait partir le régime de l'ex homme fort de la Tunisie, M. Ben Ali.

AFFAIRE A SUIVRE

Par: la Rédaction #Charilogone

Tag(s) : #Société, #Economie, #Politique, #Education, #Tchad