Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Gén.Buhari Président actuel du Nigeria
Gén.Buhari Président actuel du Nigeria

En acceptant sa défaite aux élections du 25 mars dernier sans riposte ni bronche, Jonathan Goodluck a rendu un grand service à des milliers d’africains, mais surtout à des millions de camerounais qui malgré eux subissent les affres de la dérive politique dans ce pays depuis plus de 50 ans.

Initialement prévu pour le 08 février 2015, les élections à la tête de l’Etat le plus peuplé d’Afrique avaient été renvoyées au mois de mars pour des raisons sécuritaires et logistiques. C’est finalement le 25 mars 2015 que les quelques 70 millions de Nigérians s’étaient rendus dans les urnes pour voter, sans tambours ni trompettes. D’après certaines sources politiques au Cameroun, c’étaient là les élections les plus courus de l’histoire de ce grand pays, ‘’Vu du Cameroun, l’on dira que c’est dans un climat de sobriété totale que les Nigérians avaient votés, préoccupés qu’ils étaient par la situation sécuritaire de leur pays’’. Même si le géant Nigérians demeurait un habitué des joutes politiques depuis son indépendance et que cette élection constituait l’une de ses rares expériences avec la démocratie fair-play, jamais avant Boko Haram la paix dans ce pays n’avait autant été hypothéquée par une élection. C’est donc malgré eux que les camerounais ont du renouer un autre type de destin avec le Nigéria, celui d’être des victimes de la secte islamique maléfique Boko Haram.

La dernière campagne électorale au Nigéria n’a pas fait de vague dans la communauté nigériane du Cameroun comme à l’accoutumé. Et l’on devine très aisément que cette situation est plus lié à la situation sécuritaire entre les deux pays. On n’a pas aperçu des youyous, des T-shirts et la bagatelle habituelle qui accompagne les élections dans les communautés étrangères installés au Cameroun. Mais alors, c’est après des Camerounais que nous avons voulu enquêter afin de tenter de comprendre leurs avis (d’abord) sur ces élections et les ententes (ensuite) qu’ils formulent à l’endroit du voisin Nigérians. A ce sujet, Mme Noungep, commerçante à Douala apprécie cette élection pour son calme, sa modération et son attrait pour les véritables questions. Pour cette commerçante dans une rue dominée par la communauté Nigériane à Douala, les candidats ce sont montrés à la hauteur du peuple nigérian. La Campagne, la commission électorale indépendante, la pression de la communauté internationale a été gérée de part et d’autres avec maestria. Pour elle, le président sortant Jonathan Goodluck à cause de son bilan négatif sur le plan sécuritaire savait qu’il n’était pas favori à ces élections. En face, les 13 candidats de l’opposition sont parvenus à trouver des voies communes et à faire bloc derrière un candidat qui a gagné. C’est donc la victoire du peuple nigérian, des hommes politiques de tout bord et de la démocratie dans ce pays !

Sur le profil du nouveau président nigérian, il se dit de lui qu’il est un homme travailleur, rigoureux et pragmatique. Ancien militaire qui a dirigé déjà son pays par voie de putsch, il bénéficie chez nous (NLDR) d’une confiance et d’une sympathie populaire compte tenu de la démission de notre propre état major. Et c’est ainsi que de nombreux journaux camerounais ont relayés un article du site de Jeune Afrique intitulé « ce qu’il faut savoir sur Mohamed Buhari ». Cet article que nous avons consulté sur le même canal brosse de manière détaillé le parcours du nouveau président Nigérian et confirme les propos précédents qui sont ceux du député Camerounais Newman.

En fin sur les attentes vis-à-vis du nouveau chef de l’Etat, l’unanimité est presque établie sur une question. De part et d’autres, on évoque la sécurité et la lutte contre Boko Haram. De nombreux jeunes de la ville de Douala parlent de cette question avec beaucoup d’enthousiasme.

Boko Haram est né au Nigéria et a progressé tant que le président Jonathan Goodluck ne bouge le petit doigt. Après avoir fermenté à l’intérieur du Nigéria, le groupe s’est exporté vers les pays voisins, le Cameroun notamment. Et c’est ainsi que la guerre débuta et le pays de Paul Biya se fit attaquer de part et d’autres.

Après avoir résisté longtemps tout seul, le Cameroun aidé du Tchad et l’UA a réussi à asphyxier le groupe au niveau de sa frontière et son territoire. Pour se donner les moyens de lutter contre Boko Haram à qui l’Etat islamiste international refusait l’allégeance il ya quelque mois, les Etats doivent l’attaquer à sa base arrière, dans son fief, le Nigéria. C’est donc pour cette raison que les camerounais espèrent que M. Buhari prendra cette question à bras le corps, militaire qu’il est de surcroît. Notons par ailleurs qu’une visite du chef d’Etat nigérian est déjà ‘’callée’’ à Yaoundé pour la fin du mois de Ramadan, il ne manque plus qu’à trouver une date fixe. Rappelons que les camerounais sont pour la grande majorité acquise à cette nouvelle car elle se faisait déjà attendre, la visite à Yaoundé du chef d’Etat voisin.

Edmond François Ngagoum

Charilogone Magazine - Cameroun

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 0